Essence de l’oeuvre

Organisateur:  Sculi

Partenaires:  en recherche

Lieu / Adresse: Les Gillotins

Site web:  www.sculi.fr

Projet : « L’Essence de l’ Œuvre »

Mon travail est une succession de recherches autodidactes, héritière d’un parcours artistique dans le sillon de mes pères, sur les techniques anciennes pierre, bois, métal, et par l’élaboration de nouvelles techniques scientifiques, certaines sont déposées à l’INPI en enveloppe soleau.

Mon travail est à la foi philosophique, artistique, alchimiste et scientifique, matérialisé sous la forme plastique.

J’utilise l’art plastique pour exprimer grâce à la matière, la synergie entre la philosophie (interrogation, raisonnement) et la création, dans un même processus .

En premier lieu, j’ai divisé l’œuvre en trois identifiant inséparables :
– L’enveloppe, c’est la partie matière, le médium.
– L’ âme, l’esprit construit pas l’intuition de l’artiste, elle est au travers de l’œuvre présente dans chaque partie.
– L’aura, le rayonnement ce qui nous attire, interpelle, dès que l’on la voit pour la première fois. Il nous pénètre, transparaît à l’amateur.

Le projet est une mise en plastique de ce raisonnement, il part d’une simple silhouette figurative comme le corps humain. Puis dans ce même espace évolue une chromatique abstraite, similaire à l’esprit, le raisonnement, la psychologie. Ensuite vient la dimension de rayonnement de l’œuvre créée par la lumière émise en son intérieur, elle donne vie à l’intelligence et produit la rémanence extérieure.

L’art c’est la transmission d’une intelligence philosophique au travers d’une œuvre, c’est matière à interpeller, réfléchir. L’œuvre proposée nous confis un raisonnement complet et simple que l’on peut réutiliser sur toute autre œuvre d’art.

L’art plastique est la matérialisation de la philosophie.

Phase 1, application à notre propre analyse avec :

« Les États d’âmes. »

Établir le lien entre l’œuvre et l’être humain, utilisation de l’enveloppe humaine habitée de ses émotions à nous transmettre. Mettre en avant le plus secret de nous, nos identités créatrices toutes différentes.
Le lien direct avec notre genre donne une proximité, une parallèle grâce à la psychologie, chacun est une œuvre d’art complexe à définir.

Définition de l’architecture conceptuelle :

– L’esprit, l’âme, la réflexion, la pensée, l’état psychologique c’est ce qu’il y a au plus profond de l’œuvre sa philosophie … Ici elle va être matérialisée par la lumière qui passe au travers de la chromatique, grâce à l’utilisation de fibre optique à l’intérieure de la matière.

– L’enveloppe, le support réel, matériel est en résine translucide, colorée suivant l’émotion, la vibration. Sa stature, les gestes sont figés pour l’éternité est un message figuratif facile à comprendre.

– Le rayonnement, l’aura, c’est le message de fond filtré par la matière, le corps, vient à nous et nous pénètre à son tour, crée la rémanence de l’œuvre. C’est la partie contemporaine de l’œuvre, elle matérialise une nouvelle impression.

A partir de la même œuvre on combine les raisonnements, 5 dimensions :

– Observation, interrogation, travail intellectuel, interprétation, élévation ;
– L’espace, longueur, largeur, hauteur ;
– Le temps, la variation lumineuse qui l’aspect ;
– L’énergie émission de photon conduit au travers du corps par la fibre optique, puis qui passe au travers de couche de matière pour venir à nous ;

D’une façon ludique, le visiteur assimile, l’ouvrage est pédagogique, initiatique et va au delà des courants artistiques connus, donc d’avant garde.

Déclinaison :

Les sculptures vont représenter chaque état psychologique de l’être humain, la combinaison des gestes, couleurs et effets lumineux sont le support le plus direct à l’invisible réalité.
– Le figuratif est donné par la stature, silhouette, posture, contraction des muscles, plus on s’approche de l’œuvre et plus elle nous parle.
– L’abstrait ressort du mariage des couleurs donne le lien à l’art pictural, une explication de leurs utilisations, les équilibres (plénitude) et déséquilibre ( stress). .Voir : Annexe tableau des couleurs.
– Le contemporain par la lumière, son émission varie avec intensité de l’émotion représentée par la puissance du flux et sa concentration, pulsation cardiaque, intermittence, changement de couleur, renouvellement permanent, fluctuation intérieure, lignes de lumière qui sont symboles d’énergie, ce qui produit des rayonnements extérieurs différents.

Elles sont androgynes ni femme, ni homme dans le but d’interpeller sur la bio-étique, le formatage de l’apparence humaine, elles s’ouvrent sur l’universalité du message.

« L’âme n’a pas de sexe. »

Développement :

Au fur et à mesure, les œuvres vont quitter leur enveloppe humaine, d’autres technologies vont venir soutenir, le raisonnement de l’œuvre emboîter dans une autre. En créant de nouveau stade, conception, raisonnement mental. Et toujours donner au lecteur la même carte à déchiffrer codée à des niveaux d’élévations artistiques différents. Ne jamais le perdre, mais le guider et aller plus loin dans son imagination, lui donner envie de revenir voir l’exposition, puis qu’il l’applique à l’art en général.

Mise en chantier :

Les œuvres sont d’une taille de 2.5 m de haut pour les plus grandes, à 1 m pour les plus petites. Elles vont toutes être réalisées dans mon atelier, en résine selon une technique combinée – moulage et application directe-.pigment et fibre optique.
But et perspective :

– Réaliser la porte sur l’âme de l’œuvre.
– Etablir le lien entre sculpture figurative et la couleur abstraite image des émotions.
– Transcendance contemporaine comprise de tous avec l’utilisation du flux lumineux.
– Rémanence impacte inconsciente sur l’esprit du visiteur, évolution des mentalités.

Pourquoi utiliser des matériaux de technologie récente :

– Urgence de l’œuvre dans un mouvement d’avant garde
– Le coût de fabrication est moindre.
– La facilité de transport, d’exposition, donc meilleure communication.
– Montrer avec la résine mêlée d’autre technologie que la sculpture est un support contemporain et d’avant garde.

Phase II, évolution possible:

Suite appliquée sur « L’état animal », combinaison des règles établies, des matières, avec de nouveaux processus, utilisation du béton, mécanique, automate, diffusion de films à l’intérieur…
Utilisation de la réalisation des « Etats d’âme » en lien de l’implication du rôle de l’homme dans la préservation de la nature.

Conclusion :

Le projet « L’Essence de l’ Œuvre » explique la création contemporaine toute confondue, place le tous artistes au premier rang. Elle s’inscrit dans notre temps par ses questions de suite comblées grâce aux clefs inconscientes et dans la durée par sa synthèse héritière de l’histoire de l’art.

« Où se situe l’Homme dans l’art au début du 3 éme millénaire ? »
puis
« Où en est l’état animal et la nature conditionnés par l’humain ? »

Le sacrifice (4) Le sacrifice (5) Le sacrifice (6) Le sacrifice (7) Le sacrifice (8) Le sacrifice (9) Le sacrifice (10) Le sacrifice (11) Le sacrifice (12) Le sacrifice (13) Le sacrifice (14) Le sacrifice (15) Le sacrifice (16) Le sacrifice (17) Le sacrifice (18) Le sacrifice (19) Le sacrifice (20) Le sacrifice (21) Le sacrifice (22)

Share Button

Email:  contact@sculi.fr

Téléphone:  0621295629

Mis en ligne par:  Jacquot-Preaux