NEWSLETTER juillet 2015
« Toujours plus de lumière »

Plus du tiers des événements labellisés par « 2015, Année de la lumière en France » s’inscrivent naturellement dans le champ des arts et de la culture. La lumière joue ainsi de ses diverses valeurs pour prendre un sens propre dans chacun des aspects concrets de l’espace culturel, c’est-à-dire en musique, en littérature, en philosophie, en poésie, au cinéma, dans les arts plastiques, voire dans le domaine des spiritualités…
La journée inaugurale, le 8 janvier 2015 à la Sorbonne, a mis l’accent sur la dimension culturelle de la lumière, aux côtés des prix Nobel de physique, Claude Cohen Tannoudji et Serge Haroche. Vincent Delieuvin, conservateur au département des peintures du Louvre, a évoqué la démarche à la fois scientifique et artistique de Léonard de Vinci qui a consacré de nombreuses années à étudier l'incidence de la lumière sur un corps opaque et le passage de la lumière à l'ombre. Claudine Tiercelin, philosophe, professeur au Collège de France, a centré sa communication sur les idéaux des Lumières au XVIIIe siècle. Enfin l'écrivaine Hélène Cixous a lu un très beau texte, « Écrire la nuit », inspiré par la mort de Goethe.

Les œuvres préhistoriques réalisées au profond des obscures cavernes furent dès leur redécouverte au début du XXe siècle mises en lumière pour être comprises, interprétées, admirées par le plus grand nombre. Elles furent alors étudiées par les préhistoriens mais aussi les chimistes parmi lesquels Henri Moissan, lauréat du prix Nobel. La lumière autorise une approche pluridisciplinaire cherchant à réduire la distance qui sépare désormais l’art et la science. Ainsi l’université Paris Diderot organise du 14 au 17 septembre prochain des journées de rencontre où dialogueront tous les acteurs des différentes disciplines. La lumière est enfin un matériau artistique qui prend part à la perception que l’on a des œuvres. Victor Vasarely (1906-1997), promoteur de l'art optique, les six artistes du GRAV (Groupe de recherche en art visuel constitué entre 1960 et 1968) en France sont des passeurs de lumière jusqu’à Michel Paysant, qui aujourd’hui a réalisé un dessin reproduit par lithographie électronique à une échelle nanométrique et qui ne peut être vu qu’à l’aide de microscopes puissants. Ensemble, ils sont réunis pour réfléchir sur la perception visuelle, et en jouant sur les mots, sur les surprises des révélations de la lumière ils invitent le spectateur de l’exposition « L'œil phénomène », cet été à Aix-en-Provence, à opérer un temps d’arrêt sur les images pour penser des concepts aux confins de l’art et de la science. « 2015, Année de la lumière en France » offrira aussi au musée du Louvre, le 2 novembre l’occasion de célébrer le bicentenaire de la présentation du mémoire d’Augustin Fresnel démontrant la nature ondulatoire de la lumière et de s’interroger sur une possible influence de cette théorie sur la peinture de William Turner, le peintre de la lumière en Angleterre, les impressionnistes, les post impressionnistes en France…

La lumière dans tous ses états permet de sensibiliser les citoyens aux questions majeures que pose la société contemporaine dans laquelle les arts et la culture jouent un rôle crucial d’éducation, de mémoire et d’avenir.

Michel Menu
Chef du Département Recherche
Centre de recherche et de restauration des musées de France, Palais du Louvre, Paris.
Membre de la commission culture, « 2015, Année de la lumière en France ».
A-la-Belle-étoile
A LA BELLE ETOILE
Du 17 juillet 2015 au 16 août 2015
EPCC PONT DU GARD
Pont du Gard 400 Route du Pont du Gard ,Pont du Gard
www.pontdugard.fr
En 2015 le Pont du Gard célèbrera son 30ème anniversaire d’inscription sur la liste du Patrimoine mondial. C’est un moment important dans la vie du bien. Cette année de célébration sera l’occasion de présenter un programme culturel éclectique de grande […]
Masafumi TANAKA
Chef du bureau Systèmes électroniques
Service de l’Economie numérique
Direction Générale des Entreprises
Ministère de l’Economie de l’industrie et du numérique

Pourquoi le domaine de la lumière est-elle importante pour la Direction générale des entreprises (DGE) ?

Dans son acception commune, la lumière est ce qui permet à chacun d’entre nous de voir l’environnement qui nous entoure. Mais bien entendu, ce qui intéresse la DGE, ce sont les entreprises qui créent de la valeur avec les technologies associées à la lumière, que l’on peut regrouper sous le terme collectif de « photonique ». Celle-ci est l’une des six technologies clés génériques, identifiées par la Commission européenne en 2009 par leur capacité à irriguer tous les secteurs économiques pour favoriser l’innovation dans de nouveaux produits, procédés et services. Elles sont considérées comme étant à la source de l’innovation et de la compétitivité pour un grand nombre de secteurs industriels. En cela, les technologies clés génériques se trouvent au cœur de la stratégie de l’Etat pour stimuler l’innovation en faveur de la compétitivité, de la croissance et de la création d’emplois. De plus, parmi les six technologies clés génériques identifiées par la Commission européenne, on peut considérer que la photonique est l’une des quatre technologies clé génériques fondamentales, avec la microélectronique, les biotechnologies et les matériaux avancés.

Quelles avancées attendez-vous des technologies de la lumière ?

Il n’appartient pas à la DGE de fixer une feuille de route technologique pour le secteur de la photonique ! C’est aux acteurs de la photonique, entreprises de toutes tailles (de la start-up aux grands groupes) et laboratoires publiques de recherche, de déterminer dans quels domaines de la photonique les avancées technologiques sont possibles, avec le soutien de l’Etat qui a mis en place un ensemble de structures et de programmes pour favoriser la recherche, le développement et l’innovation (R&D&I). Ceci étant précisé, la photonique française dispose de nombreux atouts pour inventer les technologies de demain. En premier lieu, les industries de défense et de sécurité, ainsi que celles de l’aérospatial, sont de grands utilisateurs de technologies photoniques : imagerie, guidage laser, LIDAR, traitement de surface, fabrication additive, contrôle qualité, pour ne citer que quelques applications. Il est important de renforcer en permanence par l’innovation la compétitivité de ces secteurs industriels, où la France occupe une position de leader européen voire mondial, et qui continuent dans une large mesure à produire sur le territoire national. En second lieu, des secteurs tels que l’agroalimentaire, la santé, et le développement durable, présentent un potentiel important pour être des utilisateurs de solutions photoniques innovantes. Enfin, dans les secteurs où la France semble aujourd’hui avoir perdu la compétition mondiale, par exemple dans le photovoltaïque ou les écrans, seules des ruptures technologiques majeures de la photonique pourrait permettre aux entreprises françaises de reconquérir les positions perdues.

Que faudrait-il faire pour donner envie aux jeunes de travailler dans le domaine de la photonique ?

La première chose à faire, c’est de leur en parler ! Tout le monde connait l’électronique, qui regroupe l’ensemble des technologies de l’électron, et qui ont profondément modifié la vie des jeunes : internet, téléphones portables, consoles de jeu, télévision numérique, objets connectés, etc. Mais les jeunes n’ont généralement jamais entendu parler de la photonique, qui regroupe pourtant l’ensemble des technologies du photon, et qui sont également massivement présentes dans leur vie quotidienne : les écrans des portables et des tablettes, les appareils photo numériques, les box fibres, les imprimantes laser, les CD et les DVD, etc. En réalité, selon moi, toute la société numérique d’aujourd’hui repose sur trois piliers : l’électronique, le logiciel, et la photonique. Si certains jeunes peuvent marquer un désintérêt pour les métiers de la photonique, je pense que c’est surtout par méconnaissance.

Les jeudis de la science avec…la « lanterne d’Arsène »

jds5x7-500pix11
Le plaisir de faire et de comprendre ! Cette lanterne est une structure polyédrique métallique à construire. Elle est réalisée en dimensionnant des morceaux de cuivre (Cu) et en les assemblant par des points de soudure à l’étain (Sn). Plongée […]
Lire la suite

Exposition – Quand le ciel s’illumine

ciel
Cette exposition, créée dans le cadre de l’Année internationale de la Lumière, vous propose de découvrir quelques-uns de ces phénomènes lumineux observables à l’œil nu, tout au long des jours et des saisons. Phénomènes astronomiques ou photométéores, laissez-vous emporter dans […]
Lire la suite

Festival Astro-jeunes De Fleurance

festival astro jeunes fleurance
Le festival Astro-jeunes, crée en 2005, accueille pendant une semaine plus de 200 enfants, âgés de 4 à 18 ans, chaque jour afin de les initier aux mystères de l’astronomie, comme par exemple la vie dans le système solaire, la […]
Lire la suite

Les Grandes Eaux Nocturnes du Château de Versailles

©-Thierry-Nava-Groupe-F-624web-
À la tombée de la nuit, le Jardin Royal de Louis XIV devient un surprenant parcours visuel et sonore. Le visiteur découvre bassins et bosquets mis en eau et en lumière, mis en scène et en couleur. Des artistes de […]
Lire la suite

Rencontres d’été théâtre & lecture en Normandie / 14e édition « Lumière ! »

V2-ok
Chaque année, dans une ambiance conviviale, de nombreux écrivains, artistes français et européens rencontrent le public réuni autour du plaisir du texte et de la scène. Quatre-vingts rendez-vous au programme, dans une cinquantaine de lieux de quinze villes normandes, sous […]
Lire la suite
www.lumiere2015.fr

Rédacteur en chef : Président du Comité National "2015, Année de la Lumière en France" Costel Subran